• L'extrait aléatoire #1

    Aujourd'hui, un extrait tout à fait de saison.

    L’impôt n’est démocratiquement justifié que si, en face de ma contribution, l’État inscrit une dépense utile. Il devient inacceptable si l’argent public sert à financer le gaspillage. D’autant plus que le gaspillage, quand l’habitude en est prise, tend à croître sans cesse, et entraîne ainsi l’accroissement parallèle des prélèvements obligatoires.

    L'impôt s'alourdit parce qu'il est mal utilisé. Il augmente en proportion directe de la répugnance de l'État gestionnaire à se réformer et à mettre de l'ordre dans ses dépenses. Si la démagogie antifiscale est irresponsable, l'État lui-même peut l'être tout autant. C'est pourquoi il faut à la démagogie substituer la « critique » fiscale responsable, équitable, raisonnable. […]

    Quel usage l’État fait-il de nôtre argent ? Le droit pour le citoyen de le vérifier est, comme l’impôt même, une condition de la démocratie et en fut même l’origine.

    Jean-François Revel, L'Absolutisme inefficace. Ou contre le présidentialisme à la française, Plon, 1992, page 103.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :