• Spooner contre Hollande et Hessel

    Dans son premier discours de campagne, hier au Bourget, François Hollande a favorablement mentionné le programme de la Résistance ; Stéphane Hessel est d'ailleurs l'un des soutiens de sa campagne.

    Or, on se souvient que Hessel accuse Nicolas Sarkozy de trahir ledit programme. Selon Hessel, et ses comparses, nous devrions tous nous plier à des idées vieilles de plus de soixante ans, sur lesquelles s'est accordé un petit comité de personnes que la plupart d'entre nous ne connaît pas, sans que personne d'autre, ni alors ni aujourd'hui, n'ait été véritablement consulté...

    Cela me fait irrésistiblement penser à ces propos radicaux, mais implacables, qu'écrivit Lysander Spooner en 1870, dans No Treason - The Constitution of No Authority¹ :

    La Constitution n'a nulle autorité ou obligation qui lui soit inhérente. Elle n'a nulle autorité ou obligation quelle qu'elle soit, si ce n'est comme contrat entre un homme et un autre. Or, elle ne prétend même pas être un contrat entre personnes actuellement vivantes. Au plus, elle prétend être un contrat conclu entre des personnes qui vivaient il y a quatre-vingts ans. Encore ne peut-on lui supposer alors la qualité de contrat qu'entre des personnes qui avaient déjà atteint l'âge de discernement, de manière à être aptes à faire des contrats raisonnables et qui les obligent. En outre, l'histoire nous l'apprend, seule une faible portion des personnes qui vivaient alors ont été consultées sur le sujet, ou interrogées, ou autorisées à exprimer leur accord ou leur désaccord de façon quelque peu formelle. Les hommes, s'il y en eut, qui donnèrent bien leur accord formel sont tous morts aujourd'hui. Pour la plupart, ils sont morts depuis quarante, cinquante, soixante ou soixante-dix ans. Et la Constitution, parce qu'elle était leur contrat, est morte avec eux. Ils n'avaient ni le pouvoir naturel ni le droit naturel de rendre cette Constitution obligatoire pour leurs enfants.

    Spooner parlait de la constitution des États-Unis ; remplacez par « programme de la Résistance » et vous avez compris.

    -----

    ¹ Publié en 1991 par Les Belles Lettres sous le titre Outrage à chefs d'État, dans la collection Iconoclastes. Une lecture vivement conseillée, qui ravale le « résistant » Hessel au rang d'imposteur plaisantin.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :